Skip to content
Publicités

MIRROR’S EDGE CATALYST

mirros-edge-catalyst-592x274

Sortie : le ‎9‎ ‎juin‎ ‎2016‎
Editeur : Electronic Arts.
Développeur : Dice
Genre : plateforme / Aventure
Mode de jeu : Solo

image

Huit ans après Mirror’s Edge, le studio Dice revient avec Mirror’s Edge Catalyst. Le jeu avait à l’époque été très bien accueilli par la critique ainsi que par les joueurs.

On retrouve notre Faith favorite qui sort tout juste du centre de détention et qui retrouve très vite ses anciens amis, les Runners. L’occasion de placer un mot sur le scénario puisqu’il n’est pas fantastique, voire même un peu fade. On retrouvera les archétypes habituels tel que le vieux mentor qui veut vous protéger à tout prix, la firme maléfique qui ne veut que régner sur l’humanité, ainsi que d’autres clichés. Mais on ne joue pas à Mirror’s Edge pour l’histoire, on y joue pour sauter de toit en toit et donner une rouste aux méchants. La première heure est consacrée à un didacticiel, qui vous amènera de la sortie de la prison à un entrepôt où vous commencerez à maîtriser Faith. On apprend vite les bases du gameplay et on s’y fait vite sans trop de soucis. Pour la partie plateforme, on garde la même recette que dans le précédent. On saute sur les murs, on profite d’un mur proche pour faire un «wall jump», on traverse un petit tuyau en essayant de garder l’équilibre. Ensuite viennent les combats, plus subtils que le premier. Vous devrez porter des coups léger ou lourd face à vos ennemis afin de les pousser dans le vide ou l’un contre l’autre. Vous pourrez également faire des petits déplacements rapides sur le côté afin d’éviter un coup ou de vous positionner dans le dos par exemple afin de frapper votre adversaire. Les peu nombreux adversaires n’offrent que très peu de résistance et les combats tournent vite en rond.

image

les missions se déroulent dans des levels dédiés, indépendants de Glass. On pourrait se féliciter d’arpenter des décors qui varient un peu de ceux que l’on parcourt librement , mais il ne faut que quelques heures pour se rendre compte que les missions scénarisées sont encore plus linéaires que celle du premier opus. Les ratages sont nombreux et l’échec a encore plus de mal à passer puisque le soft nous donne cette sensation de ne pas vouloir nous laisser une chance de vivre l’expérience parkour comme bon nous semble. Le pire restant l’arrivée d’un grappin pour se hisser en haut d’une plateforme ou se balance d’un toit à l’autre, comme pour souligner que le level design ne permet pas au joueur de se mouvoir comme il le devrait dans un tel environnement et avec de telles capacités physiques.

image

Sur Xbox One, le jeu de DICE surprend par sa médiocrité visuelle. Des textures qui ont une fâcheuse tendance à accuser un retard à l’affichage, une profondeur de champ qui donne des sueurs ,un aliasing omniprésent, des économies sur les effets ou encore des PNJ aux animations douteuses, on a du mal à croire que c’est bien de l’univers de Mirror’s Edge dont il question et surtout quand on sait que c’est le studio Dice qui est derrière ce jeu.

Ma note: 11/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :