Skip to content
Publicités

TEST Ghost Recon Wildlands

Ghost-Recon1

Ghost Recon Wildlands
Sortie : 07 Mars 2017
Editeur / Développeur : Ubisoft
Genre : TPS, Open-World
Modes de jeu : Solo / Multi en ligne

Belle surprise lors de son annonce à l’E3 2015, Ghost Recon Wildlands propose de quitter la linéarité historique de la saga et succombe à la mode actuelle du monde ouvert. Le jeu propose de découvrir la Bolivie, ses splendides panoramas, et de démanteler le cartel de la drogue afin de rétablir l’équilibre du pays.  Avec ce jeu d’action-infiltration à la troisième personne prenant place dans un univers vaste et sublime, Ubisoft livre ici un opus particulièrement efficace, extrêmement divertissant en solo et complètement addictif en multi coopératif !

Ghost-Recon2

Bienvenue en Bolivie, pays sublime mais gouverné par la drogue et la corruption

Le joueur incarne un Ghost, la meilleure unité d’élite du monde. Le joueur est accompagné par 3 autres Ghosts, contrôlés par l’IA en solo, mais pouvant à tout moment être remplacés par des joueurs humains. La zone d’action est la Bolivie, désormais dirigée par le Cartel de la Santa-Blanca et son chef El-Sueno. La violence, la drogue et la corruption sont omniprésentes dans cet état. La découverte d’un membre de la CIA retrouvé mort, torturé et mutilé, va pousser les forces américaines à réagir et va les motiver à envoyer les Ghosts afin d’exterminer les membres du cartel un à un, jusqu’à atteindre le fameux El-Sueno…

Ghost-Recon3.png

Le joueur devra remonter le cartel de la Santa Blanca jusqu’à atteindre El Sueno

La Bolivie est divisée en 21 régions, chacune abritant une puissance du Cartel, et donc une cible des Ghosts. Avant d’atteindre chacune de ces cibles, le joueur devra récupérer des informations sur la région et le Cartel en explorant la carte, en récupérant des dossiers ou en interrogeant des personnes bien informées. Une fois les informations en poche, le joueur pourra exécuter les missions lui permettant de remonter chaque filière du Cartel jusqu’à ses différents représentants. Un seul mot d’ordre quant à l’exécution de ces missions, la liberté d’action ! Le joueur choisit l’ordre des missions et le moment où il les exécute. De même, chaque type de joueur pourra trouver son compte dans ce titre, les adeptes de l’infiltration pouvant choisir de bien repérer les lieux et privilégiant une approche furtive, tandis que les bourrins pourront sortir l’artillerie lourde et foncer dans le tas. A noter tout de même que les zones sont bien gardées et foncer dans le tas sans prendre le temps de repérer ou de planifier quoi que ce soit est rarement la bonne solution. D’autant plus que le joueur se voit équiper d’un drone et de jumelles aux compétences améliorables, et dont l’utilisation permet de procurer un avantage tactique non négligeable ! En solo, le joueur dispose d’une roue d’ordre permettant d’assigner différentes actions aux IA alliés (Tenir la position, aller à cet emplacement, ouvrir le feu…). De plus, le joueur peut marquer jusqu’à trois cibles afin de déclencher un tir synchronisé et surprendre efficacement l’ennemi. L’IA allié répond d’ailleurs particulièrement bien aux ordres. En multi, désigner des cibles permet de mieux planifier son attaque.

Ghost-Recon5.jpg

Au joueur de choisir entre une approche furtive ou plus « directe »

L’open-world sied particulièrement bien à Ghost Recon Wildlands. La capacité d’Ubisoft à réaliser des mondes ouverts convaincants n’est plus à démontrer (Assassin’s Creed, Far Cry, The Division), et une nouvelle fois le savoir-faire de l’éditeur se ressent. La carte est immense, divisé en 11 écosystèmes (forêt, neige…), mais ne semble vide à aucun moment. Présence d’animaux, végétation luxuriante, boliviens vaquant à leur occupation, météo dynamique, le monde de Ghost Recon Wildlands est criant de vérité. La direction artistique et les effets de lumières sont irréprochables, et sont servis par une technique solide et un titre fluide. A ce décor s’ajoute de nombreux objectifs et missions secondaires à effectuer, tels que des missions d’escorte, des attaques de convoi, de la défense de zone, de la récupération de ressources… Malgré la certaine répétitivité des missions inhérente au genre open-world, la variété des lieux et des situations permet de ne jamais s’ennuyer dans Ghost Recon Wildlands.

Ghost-Recon6.jpg

Ghost Recon Wildlands est tout simplement magnifique

Afin de créer un Ghost à son image, le jeu dispose d’un éditeur de personnage complet permettant de choisir les traits physiques de son personnage (qui ne seront plus modifiables au cours de l’aventure), ainsi que sa tenue vestimentaire (qui elle pourra être modifiée à volonté). Les armes et équipements subissent le même traitement avec le retour du très efficace GunSmith, permettant de modifier à volonté non seulement la peinture de ses armes, mais également de changer les différentes pièces qui constituent chacune de nos pétoires. Afin d’accroître son arsenal, le joueur pourra trouver réparti sur la carte de nombreuses caisses d’armement débloquant armes et accessoires. Plus de 70 armes sont d’ailleurs disponibles ! De même, de nombreux véhicules de tous types sont également présents et renforcent ainsi la personnalisation de l’expérience.

Ghost-Recon7.png

Le GunSmith fait son retour est permet de créer son arme idéale

Au cours de son aventure, le joueur est amené à évoluer et à monter de niveau. Cette progression s’accompagne d’une obtention de points de compétences permettant, si le nombre de ressources récupérées est suffisant, de débloquer des compétences actives et passives permettant d’améliorer son Ghost (amélioration de la portée du drone, obtention d’un parachute, résistance aux balles augmentée…). Ici aussi, le titre laisse une grande liberté au joueur et celui-ci est libre d’améliorer la compétence qu’il désire. Le joueur trouvera également sur la carte des missions lui permettant de débloquer des appuis rebelles (mortier, livraison de véhicules, diversion…).

Ghost-Recon4

Nombreux paysages, nombreux véhicules…La variété est le maître-mot de ce Ghost Recon Wildlands

Ainsi, Ghost Recon Wildlands est rempli de nombreuses qualités. Bien évidemment, le titre n’est pas exempt de défaut. On peut tout d’abord penser à l’IA ennemi qui ne semble pas très poussée, et se contente d’actions basiques (couverture / assaut ) sans jamais entreprendre une action héroïque élaborée. Cependant, cela n’empêche pas aux affrontements d’être particulièrement nerveux ! De même, la conduite des véhicules, sans être catastrophique, n’est pas ce qu’il se fait de mieux en terme de maniabilité. Enfin, comme évoqué précédemment, le titre est immense, propose de nombreuses missions, mais cela s’accompagne forcément d’une certaine répétitivité dans les missions, bien que les lieux visités et les situations proposées permettent de fortement limiter ce ressenti. Surtout que si cette répétitivité peut parfois se ressentir en solo, jouer au jeu avec des amis en coopération permet de complétement faire disparaître ce sentiment, et rend le titre addictif, la liberté d’action révélant ici toute son ampleur.

En conclusion, Ubisoft fournit avec Ghost Recon Wildlands un titre immense, sublime, proposant une quantité astronomique de missions à réaliser, tout en offrant une liberté d’action omniprésente. Ubisoft signe ici un titre majeur capable d’occuper de très nombreuses heures, aussi bien en solo qu’en coopératif, où le jeu révèle d’autant plus toutes ses qualités.

Ma note: 18/20

⊗⊕

Publicités

2 Comments »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :