Skip to content
Publicités

Crimsonland

crimsonland 1

Crimsonland
Sortie : 14 Octobre 2015
Editeur / Développeur : 10Tons
Genre : Action, Shooter, Indépendant
Modes de jeu : Solo / Multi local (4 joueurs)
Prix : 13,99€

Le Studio 10Tons propose avec Crimsonland un jeu d’action/shooter en vue de dessus qui permet à nos pulsions les plus primaires de s’exprimer, l’objectif du titre étant simplement de dégommer tout ce qui se retrouve à proximité. Crimsonland possède-t-il les arguments suffisants pour marquer de son empreinte le paysage vidéoludique ?

crimsonland 2

Le terme finesse ne s’adapte pas vraiment à Crimsonland, titre dans lequel l’hémoglobine coule à flot

Le titre de 10Tons s’articule autour de deux modes de jeux bien distincts. On trouve tout d’abord le mode Quests, qui va proposer au joueur de parcourir plus de soixante niveaux dans lesquels le principe est toujours d’éliminer l’ensemble des ennemis présents afin de pouvoir accéder au niveau suivant. Dans ce mode, pas de scénario ou de cinématique, on est directement lâché dans l’arène et l’action commence immédiatement. Le gameplay de Crimsonland repose sur les mécaniques classiques des shooters en vue du dessus, à savoir un stick pour contrôler le personnage et l’autre stick pour viser. Enfin, la gâchette droite permet d’utiliser ses armes. Ce système est simple mais s’avère néanmoins efficace.

crimsonland 3

Le jeu nous fait affronter des hordes d’ennemis

Crimsonland repose sur un système de compétence et d’amélioration. Ainsi, au début de chaque niveau, le joueur ne possède pas de compétence particulière et sa puissance de frappe est assez faible. Au fur et à mesure de l’élimination des ennemis, une jauge d’expérience se remplira et permettra, une fois remplie, de choisir une compétence parmi 4 proposées (vitesse accrue, cadence de tir, régénération de santé…). Notre soldat étant à la base assez faible, ces compétences se révèlent indispensables, notamment dans les niveaux les plus élevés. A noter que si une nouvelle compétence est débloquée à chaque fois que la jauge d’expérience se remplie, l’ensemble des compétences est réinitialisé à la fin de chaque niveau, si bien que l’on débute chaque tableau proposé sans le moindre avantage. En plus des compétences à débloquer, l’élimination d’ennemis permet parfois de débloquer des armes ou des bonus temporaires (bouclier, attaque de zone…). En proposant plus de 30 armes et plus de 50 compétences différentes, Crimsonland offre une certaine variété dans la façon d’aborder les différents niveaux. Cependant, si cette personnalisation de l’expérience est un point positif du titre, il est important de noter que notre soldat avant amélioration se veut assez pataud et lourd à diriger, ce qui atténue grandement l’aspect dynamique et nerveux recherché dans ce type de jeu.

crimsonland 4

Des bonus viennent rythmer l’expérience de jeu

En dehors du mode Quests, Crimsonland dispose également d’un mode Survival, dans lequel le principe est similaire au mode Quests, mis à part qu’ici le jeu s’arrête une fois que le joueur meurt. En dehors du mode Survival classique, le jeu propose 5 variantes de ce mode de jeu permettant d’enrichir l’expérience proposée. On trouve ainsi le mode Rush dans lequel le joueur ne dispose que d’une mitraillette, mais ne possède aucun bonus ou amélioration. On trouve également le mode Weapon Picker dans lequel les armes débloqués disparaissent après un temps relativement court, obligeant le joueur à régulièrement ramasser de nouvelles armes. Dans le mode Nukefism, on ne possède pas d’armes, et la survie dépendra simplement de notre capacité à ramasser des bonus. Enfin le mode Blitz propose au joueur de commencer avec l’ensemble des améliorations au maximum. Ainsi, en proposant de nombreux modes de jeux, Crimsonland n’est pas avare en contenu. Malheureusement, à cause de la grande répétitivité du titre et l’absence d’éclat dans le level design ou l’expérience proposée, Crimsonland pourrait lasser relativement rapidement ses acquéreurs.

crimsonland 5

Le mode survie permettra de prolonger l’expérience

En termes de réalisation, Crimsonland est très moyen. Si les environnements varient à chaque niveau, la qualité graphique de l’ensemble est très basique et les niveaux manquent de détails. De même, le bestiaire rencontré est très limité (araignées, zombies, lézards…) et sera simplement artificiellement augmenté par une couleur qui varie d’un ennemi à l’autre (araignée rouge, verte, bleue…). De même la musique du jeu reste la même en permanence et n’est pas éblouissante.

crimsonland 6

Un mode coop local (jusqu’à 4 joueurs) est également disponible

Ainsi, le studio 10Tons livre avec Crimsonland un jeu sympathique, permettant de faire office de défouloir lors de courtes sessions, mais qui manque de qualités et de personnalité afin de tenir le joueur en haleine. Précisons tout de même que la possibilité de jouer jusqu’à quatre joueurs en local est un élément bienvenu et relance au moins temporairement l’intérêt porté au titre.

Ma note : 13/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :