Skip to content
Publicités

TEST Darksiders II Deathinitive Edition

darksiders2

Darksiders II Deathinitive Edition
Sortie : 26 octobre 2015
Editeur / Développeur : THQNordic / Gunfire Games
Genre : RPG, Action, Aventure
Modes de jeu : Solo
Prix : 29,99€

Avec le premier Darksiders, les développeurs du feu studio Vigil Games ont proposé une nouvelle licence aux influences diverses et assumées, mais dont la personnalité propre a rapidement été identifiée, notamment par sa direction artistique somptueuse et singulière. Lors de la sortie du deuxième opus, de nouveaux éléments se sont ajoutés aux bases solides du premier épisode et ont résulté en un jeu d’action-RPG sublime, bien que limité techniquement par les consoles de l’époque. Aujourd’hui entre les mains du studio Gunfire Games, la licence s’apprête à revenir en 2018 dans un troisième épisode déjà très prometteur. Histoire de se faire la main avant ce fameux troisième épisode, les développeurs du studio Gunfire Games (parmi lesquels certains proviennent directement de l’ancien studio Vigil Games) proposent avec Darksiders II Deathinitive Edition une version remasterisée et adaptée au potentiel de la Xbox One, tout en prenant soin d’inclure l’ensemble des DLCs de Darksiders II précédemment sortis. Tour d’horizon de Darksiders II et de sa remasterisation, histoire de patienter avant l’histoire de Fury l’année prochaine.

darksiders2n

Quel plaisir de retrouver Death, en 1080p !

Lien Fraternel mortel

Dans le premier épisode de Darksiders, l’histoire tournait autour du cavalier de l’Apocalypse War, injustement accusé d’avoir lâché sur Terre les forces des enfers. Notre héros devait donc faire face à une double menace, celle des enfers et celle des cieux, afin de prouver son innocence. Avec Darksiders II, plutôt que de proposer une suite à ce scénario, le jeu prend place relativement en même temps et nous fait incarner Death (autrement dit la Mort personnifiée), également cavalier de l’Apocalypse, qui va tout faire pour sauver son frère du sombre destin qui lui est promis. Ainsi, notre objectif sera de restaurer l’humanité tout entière afin que notre frère soit épargné. Si le scénario est accrocheur, il fait parfois preuve d’obscurantisme tant certains personnages parleront par énigmes et certaines révélations seront nimbées de mystère. Toutefois, l’histoire de Darksiders II se révèle très agréable à suivre, même si certaines questions resteront sans réponse, quitte à être élucidé dans le troisième épisode.

darksiders2-4

Death fera tout pour sauver son frère War d’un destin funèbre

La mort dans la peau

Afin de nous faire vivre cette nouvelle aventure, les développeurs nous placent donc dans la peau de Death. A l’égard de son frère, Death est un expert dans l’art de la guerre, mais sa maniabilité diffère de celle de War. En effet, ce nouveau héros est bien plus agile, virevolte dans tous les sens et assène les coups avec une rapidité fulgurante. Tandis que War pouvait parer les coups, Death va baser sa défense sur l’esquive. Cette rapidité nouvelle donne un dynamisme très agréable au titre, et le léger sentiment de lourdeur du premier épisode disparaît complètement. Cette vitesse d’exécution sera grandement mise à contribution lors de l’affrontement des nombreuses hordes d’ennemis qui peuplent l’univers de Darksiders II. De temps à autres, Death est même capable de revêtir sa réelle forme de cavalier de l’Apocalypse, à savoir la mort terrifiante qui décimera les rangs ennemis par ses coups capable d’infliger de très importants dégâts.

darksiders2-3

Death est bien plus rapide et agile que War

DiabloSiders

Le premier épisode puisait efficacement son inspiration dans des titres aussi fameux que Zelda, Prince of Persia ou encore God of War. L’ensemble avait permis de donner un titre jouissif et extrêmement agréable à parcourir. Avec Darksiders II, de nouvelles inspirations font leur apparition, notamment provenant des RPG et autres hack’n slash. On appréciera tout d’abord la présence d’un arbre de compétences divisé en deux branches principales, que l’on peut catégoriser en compétences offensives d’une part et compétences de soutien de l’autre. Ainsi, Death possède un niveau, et au fur et à mesure de l’aventure ce niveau va progresser et nous permettre d’améliorer les compétences que l’on souhaite. Un grand nombre de compétences est déblocable, chacune possèdant d’ailleurs plusieurs niveaux, rendant l’aventure de Darksiders II différente pour tous les joueurs selon leur manière d’envisager l’aventure. En parallèle de cet arbre de compétence, Darksiders II cède à la sirène du Loot en puissance. Ainsi, à chaque fois que vous éliminerez un ennemi, ou ouvrirez un coffre, vous aurez une certaine probabilité d’obtenir une nouvelle arme ou pièce d’équipement, rendant notre héros entièrement personnalisable. D’un point de vue vestimentaire, vous pourrez tout ou presque changer chez votre cavalier, de l’armure aux bottes en passant par les gants et les épaulettes. Au niveau de votre arsenal, de nombreuses possibilités s’offriront également à vous. Les faux constituent l’arme principale de Death, mais vous pourrez choisir votre arme secondaire, selon que vous préfériez la jouer rapide et précis à la Wolverine (en vous équipant de griffes et de leurs variantes), ou que vous préfériez plutôt la jouer gros bourrin en équipant des haches ou marteaux surdimensionnés. Bien évidemment, et directement en conséquence de la nouvelle orientation RPG/hack’n slash du titre, chaque pièce d’équipement ou arme va avoir des compétences qui lui sont propres (dégâts, résistance, effets élémentaires…). Notons d’ailleurs la présence de faux possédées, constituant certainement l’arsenal le plus puissant du jeu, ces armes étant améliorables en sacrifiant à leur compte d’autres armes et pièces d’équipement. Ainsi, Darksiders II vous offre une grande liberté, et ce sera à vous de juger ce qui vous convient le mieux lorsque vous amasserez du nouveau butin. Si jamais votre loot ne vous satisfait pas, vous pourrez toujours le revendre aux marchands, qui proposent aussi leur propre marchandise qui peut parfois se révéler fort intéressante.  Vous l’aurez facilement compris, l’achat de marchandises nécessitera de l’or, or que vous récupèrerais par la vente d’objet, mais également en remplissant des missions, en éliminant des ennemis ou en découvrant de nouveaux coffres. Pour terminer sur la personnalisation de Death, on retrouve dans Darksiders II le système de combo déblocables au fur et à mesure de l’aventure, afin de terminer celle-ci avec un guerrier capable de réaliser des combos dévastateurs. De même, Death se verra doter au cours de l’histoire de différentes capacités (pistolet, bras-grappin…).

darksiders2-6

Le loot et la personnalisation du héros font partie intégrante de l’aventure

Darksiders II est donc bien plus complet que son prédécesseur. Ce sentiment se retrouve dans le nombre de missions principales et secondaires proposées. On dénombre par exemple une dizaine de donjons complètement optionnels. Ce contenu gargantuesque vous occupera pendant de très nombreuses heures, en sachant que l’aventure principale prendra en elle-même entre 25 et 30 heures pour être terminée. D’un point de vue artistique, outre la bande sonore très convaincante et dans le thème de l’univers Darksiders, on retrouve une nouvelle fois la patte Joe Madureira, pour un résultat aussi exquis que le premier épisode. Darksiders II nous propose de visiter quatre mondes à l’identité visuelle bien distincte, et si la taille de chaque monde n’est pas identique, chaque lieu visité est rempli de détails et nous transporte dans l’univers créé par les développeurs. Et ce d’autant plus dans cette Deathinitive Edition…

Jamais la mort n’aura été aussi belle

En effet, avec cette Deathinitive Edition, le studio Gunfire Games nous propose de revisiter le monde de Darksiders II en 1080p natif et 30 FPS. Le framerate est le léger point faible de cette remasterisation, on aurait apprécié du 60 FPS, d’autant plus qu’il arrive que le jeu subisse quelques ralentissements (moins souvent que dans le titre original). Toutefois, cela n’entache en rien l’expérience de jeu et ne doit pas faire oublier l’immense travail réalisé sur les graphismes. En plus de passer au 1080p natif, pour un résultat des plus convaincant, le studio a pris le soin d’augmenter le nombre d’éléments présents à l’écran et le niveau de détail de l’environnement, mais également d’améliorer les effets de lumières, si bien que le style graphique typique de la série Darksiders en ressort magnifié. En un mot, l’ensemble est sublime. En plus de ce gros travail sur les graphismes, la Deathinitive Edition prend soin d’inclure l’intégralité des DLC sortis, ce qui a pour conséquence directe de vous maintenir accroché au titre pour de nombreuses heures supplémentaires. Cette remasterisation prend également le soin d’améliorer l’équilibrage du jeu, en ajustant la difficulté du titre et en améliorant la qualité globale du loot récupéré.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’expérience Darksiders ultime

Darksiders II est donc un grand jeu d’action-aventure qui suit les traces de son ainé, en y ajoutant des composantes de RPG très appréciables. Avec cette Deathinitive Edition, le studio Gunfire Games a fait le nécessaire afin que l’on puisse profiter de l’aventure dans les meilleures conditions possibles. Si l’achat n’est pas forcément nécessaire pour ceux ayant parcouru la version originale du titre, il apparaît indispensable pour tous les amoureux de jeu d’action-aventure, tant cette Deathinitive Edition de Darksiders II est magnifique, jouissive et très riche en contenu.

logoXboxAnywhere 18/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :