Skip to content
Publicités

TEST Butcher

butcher

Butcher
Sortie : 9 Mai 2017
Editeur / Développeur : Crunching Koalas/ Transhuman Design
Genre : Action, Shooter
Mode de jeu : Solo
Prix : 9,99€

Avec Butcher, le studio Transhuman Design propose un jeu qui se veut une ode aux jeux d’action désinhibés des années 90. Ainsi, vous incarnez un Cyborg programmé pour détruire l’humanité, et devez donc tirer sur tout ce qui bouge. Sorte de transposition 2D des DOOM et Quake de l’époque, Butcher offrira à ses joueurs un challenge relevé et de l’hémoglobine par hectolitres.

butcher4

Butcher ne fait pas dans la finesse (et c’est tant mieux)

Butcherminator

Le titre de Transhuman Design ne s’encombre pas d’un scénario complexe afin de justifier son propos. Tout juste une courte cinématique d’introduction vous permettra de cerner le contexte des évènements. Ce scénario superflu vite expédié, vous voilà aux commandes d’un Cyborg surpuissant, programmé pour anéantir toute trace de vie en ayant recours à un arsenal des plus meurtrier. En effet, l’arsenal de Butcher est aussi varié qu’efficace (Fusil à pompe, tronçonneuse, lance-grenades…). Armé jusqu’aux dents, le joueur va donc parcourir les différents niveaux de l’aventure et faire face à de très nombreuses menaces, et certainement mourir très fréquemment…

butcher1

Vous allez rencontrer de nombreuses menaces…

Prise en main facile…

La prise en main du titre est des plus simple. Direction, saut, tir, voilà tout ce qu’il faut savoir pour se lancer dans Butcher, d’autant plus que le jeu ne proposera pas de capacités spéciales à débloquer, ou de tirs secondaires pour ses armes. La violence de son gameplay réside également dans sa facilité d’accès. Ne vous y trompez pas, cette simplicité de prise en main ne masque pas un manque de richesse du titre, car elle est souhaitée par les développeurs, et le titre regorge de suffisamment de dangers pour ne pas complexifier inutilement la tâche par la difficulté de son gameplay. Le joueur maitrisera donc rapidement les bases nécessaires et se lancera dans l’aventure, en parcourant les différents niveaux en 2D de l’aventure. Une nouvelle fois, au niveau du level-design, le titre ne fait pas dans la subtilité. Ainsi, pas de puzzles à résoudre pour accéder à de nouvelles plateformes et débloquer l’accès à de nouveaux endroits. Dans Butcher, chaque niveau s’articule autour de plusieurs phases « couloirs » avant de se terminer par une zone restreinte, sorte d’arène dans laquelle des vagues successives d’ennemis tenteront de mettre fin à vos jours. Si la réflexion n’est pas le maître mot de l’aventure, les réflexes seront par contre mis à rude épreuve…

butcher3

L’environnement offre lui aussi son lot de dangers

Mais diablement difficile !

« Le mode de jeu facile est difficile ». C’est avec ce slogan que les développeurs ont décidé de décrire Butcher. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce slogan est justifié. Butcher dispose tout de même d’un mode casual relativement simple, car augmentant drastiquement votre vie, la présence de munitions et de soin, et la réactivité des ennemis. Mais dans tous les autres modes de difficulté, le challenge est bien présent.  En effet, si la prise en main du titre est facile et que son level-design ne verse pas dans l’originalité, c’est par sa difficulté et par le fait qu’il demande au joueur d’être extrêmement réactif que Butcher se démarquera. Ainsi, chaque niveau représentera un challenge de haut niveau. Entre l’environnement qui regorge de dangers (piliers prêts à vous écraser, lames bien aiguisées n’attendant que de vous déchiquetter), et l’agressivité des ennemis, Butcher ne sera pas de tout repos. Ainsi, vous devrez faire preuve d’une réactivité exacerbée afin de terminer les différents niveaux de l’aventure. D’autant plus que votre santé diminue rapidement et que vos réserves de munitions ne sont pas éternelles. Les ennemis présents en nombre ne se priveront pas pour utiliser tous les moyens en leur possession pour vous faire exploser la cervelle. Butcher ne pardonne pas, mais chaque réussite se veut gratifiante, si bien que terminer un niveau sera synonyme d’un grand soulagement et d’une bonne dose d’adrénaline.  Chaque niveau ne prend que 3 à 5 minutes pour être parcouru, mais chaque mort vous fait recommencer au début du niveau, si bien que chaque niveau demandera de nombreuses tentatives avant d’être réussi. Butcher aurait d’ailleurs gagné à proposer une expérience plus longue et à offrir d’avantage de niveaux à parcourir. En effet, en mode casual, le titre demande moins de deux heures pour être terminé. Bien évidemment, Butcher n’est pas fait pour être joué en mode casual, mais cela donne tout de même un indice sur la durée du titre. Notons toutefois la possibilité appréciable de refaire les niveaux pour améliorer son score, et également de comparer son score à celui des autres joueurs grâce à la présence d’un leaderboard.

butcher2

Vos réflexes seront mis à rude épreuve

DOOM x Super Meat Boy

Artistiquement, les développeurs ont choisi une approche pixel art qui s’accompagne par définition d’un manque de détails et de lisibilité dans les environnements proposés. Si sur la pertinence de ce choix artistique, chaque joueur se fera son propre avis, impossible en revanche de ne pas apprécier la transformation progressive des différents niveaux, passant d’un ton grisâtre industriel à un bain de sang rouge écarlate, au fur et à mesure que les ennemis se voient explosés en milliers de morceaux. La bande sonore métal/électro est également très réussie, et colle parfaitement à l’ambiance générale du titre. Elle fait même partie intégrante de l’aventure et contribue aux nombreuses montées d’adrénaline. Mention particulière pour la patate des armes, très bien rendu aussi bien au niveau sonore que visuel par leur impact sur l’ennemi.

Butcher est donc un jeu extrêmement jouissif. Il n’est pas particulièrement original, un peu (trop) court et ne bouleversera pas l’univers vidéoludique, mais il constitue par contre un hommage véritablement réussi aux shooters décomplexés des années 90, capables d’offrir un challenge relevé et une bonne dose d’adrénaline.

logoXboxAnywhere 14/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :