Skip to content
Publicités

TEST Assassin’s Creed Origins : « Ubisoft vise en plein dans le Nil »

ac_news_announce-keyartt-thumb-ncsa_292590

Assassin’s Creed Origins
Sortie : 27 octobre 2017
Editeur / Développeur : Ubisoft
Genre : Action, Aventure, RPG, Open-world
Modes de jeu : Solo
Prix : 69,99€

« Partir pour mieux revenir ». Si ce nouvel Assassin’s Creed devait être défini par un adage, ce serait indubitablement celui-ci. En effet, au terme de l’aventure vécue dans Assassin’s Creed Origins, il ne fait aucun doute que la pause marqué par Ubisoft dans la célèbre franchise a été des plus salutaires, tant ce nouvel opus se veut réussi et qualitativement supérieur à ces derniers représentants, Syndicate en tête. Sans être mauvais, un manque de renouvellement et un vent d’essoufflement commençaient à se faire sentir avec l’épisode londonien.  Avec Assassin’s Creed Origins, Ubisoft a revu en profondeur sa formule, et offre à la franchise un retour au sommet (des pyramides) bien mérité !

Assassins-Creed-Origins-4k-gameplay
Bienvenue en Egypte, terre des pyramides et des pharaons

L’histoire, on s’en Bayek ?

L’histoire de ce nouvel Assassin’s Creed prend place dans un contexte attendu de longue date par les joueurs, à savoir l’Egypte ancienne et pharaonique. Ainsi, en l’an 48 avant Jésus Christ, le joueur se retrouve dans la peau de Bayek, Medjai traqué par les protecteurs du pharaon Ptolémée XIII. Afin de ne pas trop en dévoiler sur le scénario, nous n’en dirons pas beaucoup plus sur l’histoire du jeu, mais sachez que votre périple vous fera croiser la route de nombreuses figures historiques, telles que Cléopâtre ou Jules César, pour ne citer que les deux plus célèbres. Sans être un cours d’histoire, la saga Assassin’s Creed s’est toujours attachée à être la plus fidèle possible à la réalité. C’est une nouvelle fois le cas ici, où le joueur pourra vivre des séquences marquantes de l’époque, traverser des lieux emblématiques et en apprendre davantage sur le contexte égyptien. En termes de scénario, si cet opus n’atteint pas encore la profondeur ou la richesse d’un The Witcher 3, le soin apporté à l’écriture est très appréciable, et le résultat se veut très convaincant. L’univers et les personnages rencontrés sont crédibles, et l’aventure vous permettra d’en apprendre énormément sur l’origine de la confrérie des Assassins. Une vrai réussite donc. A noter que certaines phases vous donneront le contrôle de Aya, femme de Bayek, permettant de varier les situations et le plaisir de jeu. De même, Assassin’s Creed Origins embarque son lot de séquence dans le présent, bien que celles-ci ne s’avèrent que modérément importante pour le cours de la métahistoire.

 

ac_media_preview-phy-lake-fight_ncsa

Vous incarnez Bayek, Medjai traqué par les protecteurs de Ptolémée XIII

Papy russe ou Momie égyptienne ?

Si vous suivez l’actualité du jeu, vous aurez certainement remarqué au cours des différentes présentations qu’Assassin’s Creed Origins embarque une forte composante RPG, en plus de conserver l’aspect action-aventure de la saga. Ainsi, si les titres précédents proposaient déjà certaines composantes RPG et laissaient présager des prémices de l’orientation de la franchise, force est de constater que le résultat est à la hauteur des attentes, et d’une grande richesse. Equipement améliorable et loot très présent avec des dizaines d’armes et pièces d’équipement à ramasser, arbre de compétences très développé, système de craft accessible et complet…autant d’éléments qui vous permettront de façonner Bayek à votre image, selon que vous préférez développer l’aspect infiltration ou que vous soyez plutôt du style gladiateur. L’interface est d’ailleurs très claire, et son style à la Destiny est une réussite. Chaque arme et pièce d’équipement possédent ses propres caractéristiques, et cette personnalisation poussée de Bayek s’en ressentira fortement lors des combats, qui ont eux aussi été le théâtre d’une profonde modification.

ac_media_screen-heavyBlade_ncsa

L’aspect RPG vous permettra de façonner un Bayek à votre image

Une lame bien aiGIZEH

Les combats sont en effet un des éléments sur lequel Ubisoft semble le plus avoir réfléchi et travaillé. On sent clairement qu’un certain The Witcher 3 est passé par là et a redéfini les codes du genre. Les précédents Assassin’s Creed s’appuyaient sur un système de combat très chorégraphié et essentiellement basé sur le contre, pour un résultat certes spectaculaire, mais qui manquait de profondeur. Avec Assassin’s Creed Origins, Ubisoft revoit cette formule et propose désormais un système beaucoup plus riche. Ainsi, fini les ennemis attentistes et les parades cinématographiques, qui se trouvent remplacés par un système de lock, de parades et de contres beaucoup plus crédible. Le recours à des coups puissants vous permettra de briser la garde adverse, tandis que les combos et la présence d’un supercoup confère une réelle épaisseur au titre. Le système de combat trouve également sa richesse dans la liberté d’approche conférée au joueur et dans les armes proposées. Le joueur peut en effet recourir à une arme lourde, ou bien préférer l’utilisation d’une arme à une main combinée à un bouclier, ou encore choisir de porter une arme dans chaque main. Bayek pourra également compter sur différents types d’arcs échangeables à la volée avec l’arme principale, pour un résultat très dynamique. L’expérience vécue sera ainsi différente pour chaque joueur.

De plus, il est important de préciser que la difficulté des affrontements a été rehaussée par rapport aux épisodes précédents, si bien que chaque affrontement constituera un certain challenge. Dans l’ensemble, le système de combat de cet épisode perd légèrement en spectaculaire ce qu’il gagne en profondeur et crédibilité. On sent qu’Ubisoft a d’ailleurs souhaité mettre ce système en avant, si bien que la composante infiltration du jeu, bien que très réussie, semble légèrement en retrait, les combats directs étant mis en avant au cours de l’aventure. Pas de soucis pour les joueurs privilégiant l’aspect infiltration, cela est toujours possible, ce n’est simplement plus l’aspect primordial du soft. On notera à ce propos que l’IA ennemi reste encore perfectible, certaines de ses réactions pouvant par moment paraître étrange. Dernier point concernant les affrontements, et directement relié à l’aspect RPG du titre, les ennemis tout comme l’équipement ont désormais des niveaux. Ainsi, ces niveaux influeront évidemment sur la difficulté de l’affrontement, et il sera dorénavant impossible d’assassiner en un coup un ennemi d’un niveau trop supérieur au votre.

ac_media_screen-bayekShield_ncsa

Les combats ont complètement été repensés

Bayek De Riv

Dès son annonce, il était clair que le monde d’Assassin’s Creed Origins serait immense et s’étendrait à perte de vue. Une fois le jeu en main, nous avons pu vérifier cela de nos propres yeux, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le monde proposé est effectivement gigantesque, mais qu’il est en plus loin d’être vide. Le savoir-faire d’Ubisoft dans la création d’Open-world convaincants n’est plus à prouver, et cela se vérifie une nouvelle fois avec ce titre. Le monde est vivant et rempli de chose à faire, entre les courses de chars, les affrontements en arène, les nombreux tombeaux à explorer…vous ne serez jamais à court d’objectifs dans Assassin’s Creed Origins. Une simple prise de contrôle de Senu, l’aigle compagnon de Bayek (la vision d’aigle n’est désormais plus seulement une métaphore), suffit à se rendre compte de l’immensité du terrain de jeu proposé.

La durée de vie du soft peut aisément être estimée à une cinquantaine d’heures de jeu, sans faire tous les à côtés. Mais plus que la quantité, c’est surtout le soin apporté aux quêtes annexes qui impressionne. Autrefois sans aspérité et loin d’être mémorables, les missions secondaires d’Assassin’s Creed Origins jouissent désormais d’un gros travail d’écriture et d’un intérêt certain. Ces missions bénéficient de cinématiques dédiées, peuvent parfois vous occuper pendant près d’une heure, et sont pour la plupart très réussies. Une nouvelle fois, on sent que The Witcher 3 a été une inspiration pour les développeurs, et c’est une très bonne chose. Même si les développeurs de CD Projekt semble encore un cran devant au niveau de la profondeur scénaristique, Ubisoft a clairement su crafter une plume de qualité supérieure afin de proposer des quêtes annexes qui valent le détour.

ac_media_screen-hetepi_ncsa

Quêtes principales et secondaires ont bénéficié d’un gros travail d’écriture

Beau comme un Toutankhamion

Au moment d’aborder la partie technique et artistique du titre, le constat est des plus positifs. Tout d’abord, comme à son habitude, Ubisoft propose une direction artistique de haute volée. Le jeu offre de splendides panoramas et propose une grande variété de biomes, alternant entre le désert aride et les oasis luxuriantes. Les paysages sont tout simplement sublimes et convaincants. De plus, le monde apparaît réellement vivant, que ce soit au niveau des habitants qui vaquent à leur occupation ou de la faune conséquente composé de crocodiles et autres lions (et de nombreux chats à caresser !). Techniquement, et mis à part quelques chutes de framerate et quelques bugs inhérents au genre open-world (de très rares cas de clipping/popping), le résultat est très solide. Assassin’s Creed Origins et stable et très beau sur Xbox One, il promet d’être vraiment sublime sur Xbox One X. Enfin, l’aspect sonore du titre n’est pas en reste, et les musiques proposées conviennent parfaitement à l’ambiance désirée par les développeurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hier au Glyphe, aujourd’hui au sommet !

Assassin’s Creed Origins est donc un très grand jeu, et possiblement le meilleur Assassin’s Creed jamais sorti. Jouissant d’une direction artistique remarquable, d’un contenu pharaonique et d’une écriture que n’auraient pas reniée les meilleurs scribes, il ne fait aucun doute que la saga Assassin’s Creed est de retour au sommet avec l’épisode Origins. Pas parfait, mais pas loin de l’être, Assassin’s Creed Origins est un titre indispensable pour les amoureux d’aventure !

test acorigins

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :