Skip to content
Publicités

Test : AER Memories of Old

AER Memories of Old
Sortie :  25/10/2017
Editeur : Daedalic entertainement
Développeur : Forgotten Key
Genre :  Aventure/Plates-Formes
Mode de jeu : Solo
Prix : 14,99€

Salut, je m’appelle AUK et je suis le personnage principal de AER !

Voilà un jeu que je ne connaissais pas du tout mais alors, du tout ! En toute honnêteté, au début, ça partait mal… Quand j’ai vu les encarts de texte à lire au lieu d’avoir une voix-off qui aurait pu ajouter un plus à l’immersion du début, je me suis dit ‘purée !’. En effet, démarrer comme ça, en demandant un effort de lecture au joueur ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de mieux. Pour moi ça relève plus de la relique type retour à FF7, 20 ans en arrière… Et qui plus est, les fenêtres de lecture sont pile à l’endroit des alerte pop-up du Xbox Live (Quand un ami se connecte, on ne voit plus rien…) :

Cependant, je ne suis pas de ceux qui abandonnent facilement et j’aime lire 😉 ;

Auk part en pèlerinage : Les « anciens » de son peuple avaient bâti d’immenses structures, 3 temples sur la terre des Dieux, que je suis censée visiter dans le cadre de mon pèlerinage. Seulement, la « Grande Dislocation » a tout fait exploser et la terre des anciens est devenu un tas de petits îlots flottant dans le ciel (c’est notre map, et c’est Y). Pour que mon peuple survive à cet événement tragique, la prêtresse Kara (ou Karah, j’ai vu les 2 orthographes) a prié et obtenu des réponses à ses prières. Mon peuple a survécu et je vais en pèlerinage pour rendre hommage à cette prêtresse. Il y a aussi une histoire de Néant qui arrive et veut tout détruire : prétexte pour que j’entre en scène, moi sorte ‘d’élue’… Bref, un sentiment d’histoire « déjà vue » … Le début de mon pèlerinage se fait dans une grotte où un esprit me fait don d’une petite lanterne, sorte de clef qui m’ouvrira des portes sur mon chemin ; petit tuto vite fait, le gameplay est ultra simple, on court et on saute.

La grotte commence à s’effondrer et j’arrive à en sortir (très facilement, hein, on ne va pas se le cacher) et HOP ! Un succès à 50G juste pour échapper à un éboulement qui ne s’éboule pas vraiment … (Oui, la jeune fille ne prend pas de dégâts). Et puis, miracle, je lis ‘A pour se transformer’ : Mon cerveau a juste le temps de faire ‘WHAT ? et de se répondre à lui-même : Ok’ Là ma bouche s’est littéralement décrochée, j’ai été surprise par la transformation de Auk :

Un oiseau !

Je voooooooooooooooole !!!! En plus, sur un petite musique très agréable, jouée au banjo, un vrai plaisir :

Le jeu nous propose donc de nous balader au gré du vent, dans les nuages… La trame principale est ponctuée par de petites énigmes très simples et vraiment sympa, dans les temples. Là on est dans l’aspect plus « plateforme » du jeu :

De plus, Auk ne peut pas mourir, du coup, on se sent libre de voler comme on veut, voire, s’amuser à faire, en quelque sorte, du ‘wingsuit’ : prendre un point haut, sauter et se transformer en oiseau au dernier moment pour raser le sol, c’est chouette ! (Et au moins, là on ne risque rien) :

 

Une boussole et un cerveau, c’est, en gros ce qu’il faut pour jouer. La map se parcours assez vite ; on cherche des fragments de relique, des clefs et on débloque la suite de nos ‘aventurettes’. Je regrette de ne pas avoir eu de mini-map, ne serait-ce que pour se repérer à l’intérieur des temples ou des caveaux ou même un point de téléportation pour sortir directement (sans avoir à refaire le chemin à l’envers ; il y en a mais uniquement pour les 3 temples). Les temps de chargement, aussi, sont surprenamment longs mais bon, on s’y fait.

La fin m’a laissé très dubitative (oui, le doute m’habite) et le succès, à mon sens, ‘pop’ un peu trop tôt. Du coup, ça donne l’information que le jeu est fini au moment où on veut juste savourer la fin sans savoir si c’est bel est bien terminé. Bref, c’est fini mais on en réclame d’avantage !

 

Pour finir, ce jeu est tout de même une aubaine pour les joueurs qui « n’ont pas le temps de jouer » car il est court, il paye bien en succès, il est agréable à jouer et dernière chose ultra importante et non des moindres : ‘Wookie’, toi qui te plaint tout le temps qu’il n’existe que des jeux où il faut tuer des vilains méchants, « AER » EST FAIT POUR TOI !!!!! Pas de préshoot, pas de no-scop, pas de headshot, pas de violence que du léger et du peaceful !!

+Une bonne maniabilité

+Une durée de vie courte mais correcte

+Des succès bien payés

+De la joliesse

 

-Un scénario léger comme l’oiseau…

-Un repérage à la boussole

-Longs temps de chargement

 

 

Retrouvez cet article aussi sur : http://www.bb-gaming.com/2017/11/aer.html 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :