Skip to content
Publicités

TEST Super Lucky’s Tale : Enfin un Mario-like pour la Xbox ?

X5gxQ5j

Super Lucky’s Tale
Sortie : 06 Novembre 2017
Editeur / Développeur : Microsoft Studios / Playful Corporation
Genre : Plateforme
Mode de jeu : Solo
Prix : 29,99€ (Titre Xbox Play Anywhere)

Après une première épopée en réalité virtuelle sur Oculus Rift, Le tout mignon renard Lucky revient pour une aventure plus traditionnelle sur Xbox One et PC. Intitulée Super Lucky’s Tale, cette suite prend la forme d’un jeu de plateforme en 3D accessible à toute la famille, et compte bien nous faire revivre les sensations des jeux de plateforme historiques parus sur Nintendo 64 et autre Playstation. L’abandon de la réalité virtuelle au profit d’un gameplay classique est-il pertinent ? Que vaut l’aventure vécue dans Super Lucky’s Tale ? Réponse dans ce test !

36190303superluckystale1280-1509668229408

Le héros, Lucky, est très mignon

Une histoire au poil (de chat) ?

L’aventure vous place donc dans la peau de Lucky, un petit renard adorable au charme certain. Lucky va se retrouver plonger dans une quête de protection du Livre des Ages, un précieux artefact que le terrifiant Jinx, un puissant Chat-mane aidé de ses Mistigris, désire s’approprier afin de contrôler le monde. Afin de réussir sa quête et de libérer le monde, Lucky devra parcourir quatre univers distincts, et y récupérer des feuilles de trèfles réparties un peu partout dans les niveaux. Chaque univers est ainsi constitué de différents niveaux qui se débloquent au cours de votre progression. Chacun des niveaux sera pour Lucky l’occasion de mettre la main sur quatre trèfles, en terminant le niveau, en récupérant 300 pièces, en accédant à des mini-niveaux secrets par l’intermédiaire de terriers cachés, ou encore en récupérant les lettres formant le nom Lucky et éparpillées dans tout le niveau. De plus, entre chaque niveau, vous pourrez explorer librement les univers qui font office de Hub et dans lesquels vous pourrez amasser des pièces, découvrir des secrets et discuter avec les nombreux PNJ. L’architecture de Super Lucky’s Tale est donc assez classique, tout en se révélant assez originale notamment par ses environnements et son level-design.

maxresdefault

Vous croiserez une galerie de personnages variées

Super Mario-Kazooie Tale

A l’instar des titres dont il s’inspire ouvertement et dont il se veut un hommage, Mario et Banjo-Kazooie pour ne citer qu’eux, la prise en main de Super Lucky’s Tale est des plus accessibles. Ainsi, comme tout bon plateformer 3D de l’époque, notre personnage est capable de sauter, d’effectuer un double saut, et d’envoyer les ennemis dans le décor, Lucky ayant pour cela recours à un puissant coup de queue rotatif. Afin de forger sa propre personnalité, le renard possède également la capacité d’aller sous terre et d’en ressortir à l’envie, afin de récolter pièces et autres trésors dissimulés. Pour ce qui est de la caméra, Super Lucky’s Tale délaisse le contrôle libre de l’épisode en VR pour un contrôle limité de la caméra, le stick droit permettant simplement d’orienter la caméra selon un angle restreint et prédéfini. C’est d’ailleurs le seul point faible de cette prise en main, le contrôle de la caméra aurait gagné à être plus libre. Heureusement, un bouton nous permet d’immobiliser Lucky afin d’observer plus librement les environs, mais cette situation n’est pas optimale. A part cela, le reste de la prise en main est difficilement critiquable, tant le soft est facile d’accès. Cette facilité est d’ailleurs un des maîtres mots de Super Lucky’s Tale, le titre est prévu pour toute la famille et cela se ressent à chaque instant. On récupère aisément des vies supplémentaires, chaque niveau possède plusieurs points de sauvegarde, et l’ensemble du titre ne regorge que de peu de difficultés. Certaines phases de boss se démarquent tout de même, et notamment le combat final, un peu plus retors que le reste de l’aventure.

Cette simplicité d’accès ne nuit pas au titre de Playful Corporation, et la maniabilité de Lucky rend le parcours du titre agréable à plus d’un point, autant pour les jeunes que pour les moins jeunes. Ainsi, en dehors de l’exploration des Univers/Hubs, on peut diviser les niveaux de Super Lucky’s Tale en deux catégories. On retrouve d’un côté des purs niveaux de plateforme en 3D, laissant le contrôle libre de Lucky et favorisant l’exploration et la découverte de secrets, et d’autre part des niveaux en 2D, dans lesquels le contrôle de notre renard est simplement latéral. De plus, afin de varier les phases de jeu, Super Lucky’s Tale propose également d’autres phases, telles que des phases de minijeux à la Super Monkey Ball ou des puzzles à résoudre et basés sur le déplacement de statues. Le titre témoigne donc d’un réel effort de variété, et les mécaniques de jeu tout comme les environnements traversés sont très plaisants. On regrettera simplement que la durée de vie du titre ne soit pas très élevée, 6 à 8h de jeu semblant suffisantes pour en faire le tour, voir un peu plus pour les complétionnistes.

super-luckys-tale-xbox-one-15

Le titre propose des niveaux en 3D et d’autres en 2D

Une technique pas irréprochable

Artistiquement, le jeu propose des environnements et des personnages hauts en couleurs, ce qui confère indéniablement au titre un côté très mignon. En revanche, on regrettera un manque de personnalité dans les nombreux PNJ rencontrés, assez génériques. Toutefois, ce côté assez simpliste devrait satisfaire sans soucis les plus jeunes joueurs. Techniquement, si le titre est en 4K et 60FPS sur Xbox One X et propose un rendu très propre, on regrettera que la version Xbox One soit bloquée à 30 FPS et souffre tout de même de ralentissements. De même, on notera la survenue de plusieurs bugs de collision au cours de l’aventure. Enfin, la bande son du titre est agréable à l’oreille, sans toutefois être mémorable.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Super Lucky’s Tale arrive sur Xbox One et PC avec une aventure sympathique et très agréable à parcourir, et destinée à tous les membres de la famille. Très plaisant mais loin d’être exempt de défauts, le titre a le mérite de représenter un genre bien trop peu fréquent à l’heure actuelle. S’il a encore du chemin à parcourir afin d’atteindre le niveau de ses illustres aînés, le mignon renard Lucky possède un potentiel certain, sur lequel Microsoft et Playful Corporation auraient tort de tirer un trait !

Les Plus : 

+ Un jeu pour toute la famille
+ Très mignon et coloré
+ Des situations de jeu et des environnements variés
+ Une prise en main aisée
+ Représente un genre trop peu présent
+ Joli sur Xbox One X en 4K/60FPS

Les Moins :

– Assez court
– Une caméra pas idéale
– 30 FPS et des saccades sur Xbox One originale
– Quelques bugs de collision

test super luckys tale bis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :