Skip to content
Publicités

Test : InnerSpace , bienvenu dans l’inverse

1

InnerSpace
Sortie : 12 décembre 2017 ‎
Editeur :  Aspyr Media
Développeur : PolyKnight Games
Genre : Action / Aventure
Mode de jeu : Solo
Prix : 19,99€

Préambule

11.jpgInnerSpace est un jeu d’exploration aérien qui prend place dans l’Inverse, un monde de planètes inversées dépourvues d’horizon où la gravité vous attire vers l’extérieur plutôt que vers l’intérieur. Aidez l’Archéologue à récupérer les derniers souvenirs restants avant qu’ils ne soient perdus à jamais. Élancez-vous dans les cieux et les océans abandonnés pour découvrir l’histoire perdue de ce royaume sur le point de disparaître où les dieux sont toujours présents.

Qui ne se souvient pas de Observer ou bien encore Layers of Fear: Masterpiece Edition sur Xbox One ? Des jeux angoissants dont l’éditeur Aspyr Media en avait fait sa spécialité. Aujourd’hui nous partons dans un tout autre registre car nous allons vous présenter InnerSpace, un jeu où vos sens seront mis à rude épreuve, où la difficulté de différencier le ciel de l’eau est constante. Ici, pas de réelle aventure, plus de la découverte dans un monde captivant. InnerSpace a débuté sous la forme d’une campagne Kickstarter en 2014. Après quatre années de développement, le jeu fait enfin son apparition.

Tout commence par un logique tutoriel où il vous faudra bien quinze minutes pour apprivoiser la bête. Vous devrez apprendre les bases de votre machine volante autonome, la première depuis longtemps dans ce monde étrange se nommant « cartographe ». Capable de voler mais aussi de nager, vous avez été assemblé par un1.jpg singulier personnage se trouvant à bord d’un sous-marin et tout ça à partir de plans trouvés dans d’anciennes reliques. Vous vous retrouvez donc assistant du mystérieux archéologue pour étudier une civilisation extrêmement évoluée qui vivait dans l’inverse d’autrefois. Découvrant qu’il ne peux atteindre certaines zones, l’archéologue fait appel à vous pour explorer des parties encore inconnue de ce monde mais également pour récupérer ces fameuses reliques. Alors cartographe au travail !

 

Pas de vent, Pas de reliques donc pas d’évolution

giphy (1)Vous voilà donc partis dans l’inverse pour récupérer les reliques représentant un lien avec le passé, avec un monde commandé par les anciens. Vous vous rendrez vite compte qu’elles sont très utiles car elles ont aidé à votre fabrication mais aussi à votre évolution future. Certaines d’entre elles vous permettront d’en apprendre un peu plus sur les Anciens, ou bien d’améliorer votre embarcation, voire même d’ouvrir des portes. Mais ce n’est pas tout car Innerspace n’est pas qu’un jeu d’exploration. Vous allez devoir  régulièrement discuter et apprendre des échanges précieux que l’archéologue vous divulguera. Celui-ci vous indiquera la manière de trouver les8.jpg mécanismes et surtout les moyens de procéder à leur activation, ce qui vous permettra d’avancer dans d’autres corridors en vous aidant également des courants d’air. Le jeu se veut simple sur le papier mais vous vous rendrez vite compte malheureusement que l’observation, la logique et la dextérité sont obligatoires dans Innerspace. Oui, je me suis vu tourner en rond pendant plus de 30 min afin de résoudre une énigme uniquement pour pallier à l’insuffisance d’indications dans le jeu. Heureusement, un système de perchoir nous permet de prendre du recul, de la hauteur et tant mieux ; car une fois lancé dans ces chambres sphériques on peut dire clairement que l’on est perdu. Le fait que l’on ne distingue pas clairement la surface inverse dans les airs peut vraiment poser problème.

Mon bel Inverse

7.jpgSi il ya bien un point positif dans Innerspace, c’est la patte graphique employée. Son univers très réussi est un dépaysement total. Son atmosphère relaxant et poétique nous rappel clairement un certain ABZU ou AER. Les passages entre les cieux et l’eau sont clairement différenciés par un changement de tons et heureusement ; même si je trouve personnellement que le monde sous-marin manque cruellement de vie et d’animation, celui- ci reste tout de même bien réalisé. Les environnements, quant à eux, sont relativement variés dès lors que l’on passe d’un monde à l’autre. D’un point de vue sonore, le jeu n’est pas en reste puisque c’est Chris Miller qui est en charge de la partie musicale et nous offre de splendides thèmes électro. La partition d’InnerSpace est composée d’un ensemble de chansons conçues pour découvrir les mystères de l’Inverse. Au moyen d’une instrumentation au synthétiseur sur-mesure, la partition électronique oscille entre ambiance apaisée et moments de bravoure

Le bilan

Loin d’être un ABZU, InnerSpace se démarque par son gameplay. Même s’il peut parfois sembler un peu ‘brouillon’ rapport à la trop grande vitesse de notre cartographe et au monde, à mon sens, un peu trop fourni, le jeu reste néanmoins bon. Ses graphismes hauts en couleur et sa bande sonore en font clairement une petite perle. L’histoire, quant à elle, ne restera pas dans les annales. Son prix également lui permet de gagner des points car il ne faut compter que 19,99€ pour six à huit heures de jeu et on a vu pire croyez-moi.

 

Les Plus :

+Direction artistique, ambiance sonore
+Un Gameplay très agréable
+Caractéristiques du cartographe
+Une bonne durée de vie

Les Moins :

-Répétitif
-Brouillon par moment

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :