Skip to content
Publicités

Test de Dragon Ball FighterZ : Ka-me-ha-me-haaaaaaaaaaaaaaa !!!!!

DRAGON_BALL_Fighter_Z_Concept_Art_1497966897.jpg

2018-02-18 (3)

 

Préambule

11.pngSi depuis les derniers jeux DBZ Budokai vous étiez en deuil, rangez vos vêtements noirs et sortez vos kimonos oranges et vos pots de gels !
Fans incontestables du manga, l’heure de gloire a sonné. Un peu plus d’un an que Dragon Ball FighterZ a été annoncé lors du salon de l’E3 2017 voici que ce dernier se montre dans sa version finale quelques jours après une version beta entachée par des problèmes de connexions. Mais que cela ne tienne, nous lui pardonnons largement aujourd’hui tellement le plaisir est maximum !

Entre nous, nous n’allons pas nous attarder sur l’interface qui n’a rien d’exceptionnel. Simple et sobre, elle fait le job qu’on lui demande de faire et vous permet de vous téléporter rapidement dans différents halls afin d’aller fracasser d’autres guerriers en manque d’acrobaties aériennes depuis quelques années. C’est là que cela devient interessant. Une fois dans ce dernier, vous avez accès à différentes zones qui vous permettent soit de vous entrainer, de suivre le mode histoire ou le mode arcade ou bien oui, oui, oui… de combattre en ligne ! Forcement on attendait tous cela et il faut dire que le jeu est surtout fait pour cela.

Fais ton choix

Et voilà, il est donc temps de créer votre équipe de personnages à l’instar d’un King of Fighters en choisissant parmi la vingtaine de combattants disponibles à la sortie du jeu. Certains, arriveront sans doute plus tard sous la forme de DLC, il fallait forcément s’en douter… Mais le plaisir est loin d’être terni et le roster de base nous laisse la possibilité de créer des mélanges assez explosifs. D’ailleurs pour ma part, je ne me lasse pas de prendre Son Goku, Vegeta et Trunks…;)

1.jpg

Voilà, maintenant que tout le monde est habillé, coiffé, échauffé et j’en passe, direction l’une des 6 arènes de combat. Oui, 6. Ça fait peu. Mais DBFZ nous donne tant par la qualité que nous pouvons aussi pardonner cela en espérant en voir de nouvelles dans un DLC ? Que ce soit en déplacement horizontal, vertical, ou bien en envoyant valdinguer votre adversaire grâce à des coups puissants, ces environnement sont ô combien fidèles à la série d’origine et ce dans les moindre détails. C’est ce qui fait la force de ce jeu, justement!!!

Par moment, on se demande clairement si l’on joue ou si on regarde un episode du manga. Les graphismes, les animations et les sons sont de toute beauté. Tout est là pour reproduire fidèlement l’ambiance de DBZ même si nous pouvons reprocher de devoir mettre la main au portefeuille pour acquérir la bande originale en DLC. Qu’à cela ne tienne, le reste est quasi exempt de fautes. Nous aimerions voir des jeux de cette qualité graphique plus souvent, voir tout le temps !!! Les détails de personnages, les enchainements et les diverses animations que ce soit entre des coups puissants ou lorsque vous appelez vos compères à la rescousses se fondent les unes dans les autres sans jamais casser le rythme d’un combat. Tout est là pour projeter le joueur dans l’univers de DBZ et le pari est réussi !

9Ajoutez justement à cela une prise en main simple (trop simple?) et efficace qui vous permet d’enchainer combos et coups spéciaux comme un Super Sayen au fond de votre canapé et ce même si vous n’avez jamais entendu parler de votre vie d’un « Kamehameha » – honte à vous -. C’est donc naturellement que nous retrouvons les enchaînements de type « un quart de tour + poing ou pied » ou « haut – bas – coup ». Les différents combos s’obtiennent assez facilement avec un peu d’entrainement que vous pourrez acquérir dans la salle dédiée à cet effet et la puissance des coups (faible, medium ou fort) n’est pas sans rappeler un certains Street Fighters… De plus, afin de donner encore plus de rythme, le jeu vous propose lors du combat d’effectuer des combos avec les autres protagonistes de votre team ou de switcher rapidement d’un personnage l’autre de part une simple pression de touche. Une option fort sympathique lorsque l’un de vos héros est sur le point de mordre la poussière (ou le tatami…)

A la mode de chez nous

Attardons nous justement un peu sur les modes de jeu. Outre un mode entrainement trèsClones_1503316956.jpg efficace pour prendre en main le jeu et apprendre les différentes techniques tel un vrai guerrier Sayen avant d’aller se faire botter les fesses en ligne, le jeu dispose d’un mode histoire vous demandant d’unir les combattants afin de vaincre un ennemi commun. Qui a dit banal dans le fond ? Oui j’avoue, mais entre nous on s’en fout. On profitera au sein de ce mode, découpés en 3 parties de certaines scènes qui ne font que rajouter encore des points positif au fan-service du jeu. De plus, si vous voulez débloquer C-21 il va falloir passer par là. Le mode arcade lui va s’adresser aux plus chevronnés. L’IA, des fois en dents de scie, va vous donner du fil à retordre pour terminer ce mode. Il ne sera pas rare de battre certains personnages rapidement tandis qu’au combat suivant vous ne toucherez pas le sol tellement votre adversaire sera déchaîné. Attention, le jeu est récent et nous pouvons donc espérer que des patchs viennent corriger cela afin rendre l’expérience de jeu plus jouissive et moins punitive.

Comptez une bonne quinzaine d’heure pour venir à bout de ces deux modes et autant12.png pour maitriser les personnages. De plus, grâce à la possibilité de créer vos équipes nous sommes rapidement pris au jeu et voulons maitriser nos héros afin d’enchainer des combos dévastateurs et mettre une raclée à vos amis lors d’une soirée. Car oui, c’est là que DBFZ pêche. Une fois l’histoire et le mode arcade terminés, il ne vous restera plus que le multijoueurs. La re-jouabilité de l’histoire n’a quasiment aucun intérêt et à moins d’être un hardcore gamer, l’intérêt de refaire le mode arcade en boucle est assez limité. Enfin ne prenez pas cela pour un avertissement, ou plutôt si… Votre salon risque de se transformer rapidement en arène de combat au grand damn de vos voisins…

Le bilan

Au sein d’un univers parfaitement modélisé et au travers d’une esthétique des plus parfaite, DBFZ s’adresse avant tout aux fans. Les développeurs de Bandai Namco leurs signent justement ici une lettre d’amour des plus poignante tout en remettant à zéro les pendules en terme de qualité vis à vis des autres jeux de baston. Même si l’on aurait aimé plus de contenu, de personnages, d’arènes ou un mode histoire un peu mieux ficelé, DBFZ est et sera sans doute l’un des nouveaux étalons de jeux de combats sur cette génération de consoles de salon. Accessible, beau, fun et bourrin, il ne peut que vous séduire, même si vous n’êtes pas un spécialiste du genre.
Ka-me-ha-me-haaaaaaaaaaaaaaa !!!!

 

 

 

2018-02-18 (5).png

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :