Skip to content
Publicités

Test WulverBlade : A vos haches, prêts, frappez !

Wulverblade-Main-Characters-with-logo_preview.jpeg

Wulverblade
Sortie : 31 janvier 2018
Editeur : Darkwind Media
Développeur : Fully Illustrated
Genre : Beat’em Up
Mode de jeu : Solo / Multi Coop Local
Prix : 14,99 €

 

Préambule

Si dans les années 90, les beat ’em up purs et durs étaient légion avec des titres tels que Double Dragon, Golden Axe, Streets Of Rage, ou bien encore la célèbre série des Battletoads (que vous pouvez d’ailleurs retrouver dans la collection de Rare Replay sur Xbox One), ceux-ci sont nettement moins courants sur nos consoles next gen et aujourd’hui l’éditeur Darkwind Media a décidé de nous faire revivre ces grands moments du jeu video avec ce scrolling fighter proposant des déplacements sur plusieurs plans.

Wulverblade-Character-Group_preview.pngBasé sur des faits historiques mais surtout de cinq années de recherches sur l’histoire et le folklore de l’ancienne Grande-Bretagne,  par le directeur créatif de Wulverblade, Michael Healdet, le jeu se déroule en Écosse pendant l’occupation romaine de la Grande-Bretagne, en 120 après JC. Wulverblade vous met dans les sandales d’une tribu de picte  qui, comme la célèbre bande dessinée Astérix et Obélix, sont déterminés à résister à l’occupation de la terrible 9ème légion romaine. Toutefois, contrairement au célèbre duo comique, les différents protagonistes de Wulverblade ne mettront pas de simples gifles mais démembreront un à un les occupants romain.

 

Trois modes s’offriront à vous : Campagne, arcade et arène. La campagne peut être jouée en coop local avec un ami sur deux paramètres de Difficulté ainsi que le mode arcade qui lui, limite vos vies et continus aux nombres de trois. Vous trouverez également un mode arène qui est essentiellement un défi de survie où vous devez Tuer autant de vagues d’ennemis que vous le pouvez. Concernant la durée de vie de la campagne, il faudra compter un peu plus de 4 heures pour la terminer à condition que vous ne fassiez pas que mourir.

Au début de la campagne et après une introduction très soignée, vous êtes invités à choisir parmi les trois pictes disponibles disposant de leurs propres caractéristiques. Le jeu se déroule sur huit chapitre : Il faudra traverser des hordes d’ennemis tous plus violents les uns que les autres en les massacrant pour finir généralement sur un boss.

L1%20Boss_preview.jpeg.jpg

 

Deux frères et une sœur

1.pngDeux hommes et une femme ou plutôt deux frères et une sœur. Il y a le gros bourrin de service, Brennus, qui, part sa taille et son imposante musculature frappe fort ; il est relativement résistant mais il se veut également très lent.

3.pngLa sœur n’est autre que Guinevere, une femme beaucoup plus agile ; celle-ci effectue beaucoup moins de dégâts mais sa rapidité en fait une guerrière redoutable. C’est la plus rapide des trois et vous constaterez par la suite que cet atout est primordiale dans jeu.

2.pngLe troisième personnage devrait satisfaire la plupart des joueurs. Issu tout droit de Kaamelott, voici ‘Caradoc’. Moins abruti que dans la série d’Alexandre Astier, il est finalement un bon compromis. Polyvalent, il offre un bon équilibre entre vitesse, puissance et défense. Notez que quelques soit le personnage sélectionné  l’histoire ne changera en aucun cas.

3.gifContrairement à de nombreux beat’em all à défilement horizontal  traditionnel, Wulverblade est très riche avec sa multitude de coups. Attaque normale, lourde, chope, saut, voire même, coups spéciaux, tout est fait pour vous débarrasser des ennemis qui entourent ces paysages magnifiques. En plus de ces traditionnelles attaques il vous sera  possible de les bloquer avec votre bouclier. En outre, pendant le combat, un compteur bleu sous votre barre de santé augmentera lentement, et lorsqu’il atteindra son maximum, vous pourrez alors entrer en état de rage ; mais attention cela nécessitera de sacrifier un peu de vie, ceci étant, cela reste extrêmement efficace pour enchaîner les coups.  Du côté des grosses compétences, vous aurez la possibilité une fois seulement part niveau d’invoquer une meute de loups qui viendront à votre aide et déchiquèteront tout ce qui se trouve sur leur passage. Chacun des personnages a ses propres techniques et une panoplie de coups différents. Au programme, donc, c’est enchaînement de combos, pouvoirs spéciaux et jet de hache dans la tête.  Un bon défouloir qui nous donne un malin plaisir à découper tout ce qui bouge surtout en coopération à deux joueurs. En plus de cela, certains éléments du décor sont destructibles pour gagner des pierres précieuses ou de la nourriture pour vous permettre de remonter votre vie.

 

Manette en main, on ressent vite les sensations d’antan mais également une certaine amertume du fait que le personnage le plus rapide est… Lent… Je dirais même lourd et quel dommage. Il est vrai que de se retrouver en plein combat avec une dizaine de barbares et ne pas pouvoir se déplacer ou enchaîner rapidement les coups, nous a quelque peu frustré ; d’autant plus que l’on constate qu’à mesure de notre progression dans les niveaux, la difficulté monte crescendo et cela peut devenir pénible. Le saut lui ne peut être effectué que sur un plan horizontal et encore une fois cela peut s’avérer gênant.

 

Concernant sa direction artistique Fully Illustrated à mis le paquet. Son côté bande dessinée nous a rappelé « Soldats Inconnus » d’Ubisoft sorti en 2014 sur Xbox One. Très caricatural malgré tout,  Wulverblade brille à travers ses graphismes somptueux et son arrière plan. Le design des personnages et les séquences d’action presque cinématographiques se veulent fluide. L’attention est portée sur les détails, biens soignés, mis sur fond de folklore, traditions et faits historiques ayant servi de source d’inspiration fascinante ; les vidéos et photos permettent d’apporter une connexion plus profonde au jeu et d’harmoniser l’ensemble. La bande sonore n’est pas en reste ; l’ambiance musicale, aussi efficace qu’entraînante, ajoute une couche supplémentaire d’immersion. Cet assemblage est saupoudré d’une touche de violents effets sonores : jackpot pour les oreilles.

Le bilan

Wulverblade est un beat ’em all vraiment magnifique avec une réelle accroche ; cependant son gameplay rigide ainsi que sa difficulté mal dosée nous ont vraiment posé problème. Nous ne dirons pas que c’est un mauvais jeu mais un effort aurait été apprécié concernant la lenteur des personnages ; sachant que le jeu est déjà sorti sur switch depuis le mois de novembre 2017 et qu’il à essuyer les même critiques.

 

 

Les Plus :

+Direction artistique de qualité
+Personnages aux caractéristiques différentes
+Une bonne durée de vie

Les Moins :

– Gameplay rigide
– Un peu répétitif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :